Intersexe c'est quoi ?



"Question que l'on se pose à son sujet"
Par Célia-Violaine Hébrard biologiste et intersexe

Beaucoup de personnes à qui la question est posée " savez-vous ce qu’est un intersexe ?" peu répondent correctement à cette question, pour une majorité d’interviewés la réponse est " c’est une personne qui possède les deux sexes à la fois " ou "Je ne sais pas, c'est sexuel ?"…

Le fait de croire qu’une personne possède les deux sexes à la fois découle de la croyance séculaire qui consiste à laisser entendre que les humains sont soit des femmes, soit des hommes accomplis possédant des organes génitaux spécifiques parfaitement développés, la nature ayant par ailleurs quelques rares fois dérogée à ce concept en créant des espèces vivantes étant pourvues des deux types d’organes génitaux, mâle et femelle, nous ramenant ainsi à l’incontournable image de l’escargot hermaphrodite...

Je me souviens de la réaction d’un ami, docteur en médecine sur Genève, qui quand je lui expliquais que j’étais intersexe me regarda avec grand étonnement et eut une rétorque qui me laissa sans voix : " je croyais que l’intersexualité humaine n’était qu’un archétype d’un éventuel possible qui n’existait que dans les livres de médecine que l’on donne à étudier aux carabins, tu es la première que je vois de ma vie ! " … En moi-même je pris alors conscience que beaucoup de chemin restait encore à parcourir dans les esprits ! Alors une personne intersexe c’est quoi finalement ?


Approche descriptive de l'intersexe

En écrivant cette page j’avais dans un premier temps pensé argumenter par défaut quant à une définition de l’intersexe, à savoir ce qu’il, elle, n’était pas, mais je me suis ravisée. Je vais donc proposer par une approche que j’espère consensuelle, une définition de l’intersexe sous forme descriptive.

Une personne intersexe est avant tout un être humain, lequel ne répond pas au modèle biologique et psychologique standard mâle ou femelle déterminant l’appartenance à un bio-genre précis, que cette détermination soit faite à la naissance ou non, soit par la personne elle-même, soit par un médecin, un juriste ou un officier d’état civil, qu’elle réponde à phénotype évident ou non (1).

Hérité du 19ième siècle l’intersexe a longtemps été appelé ‘’ hermaphrodite’’ et de manière péjorative dans quelques campagnes profondes françaises "Auvergnat". Toutefois, beaucoup de médecins emploient encore le terme "d’hermaphrodite" pour désigner les états intersexes. D’autre part l’état intersexe est toujours rangé par nombre d’académies de médecines de la planète dans les pathologies ou les maladies et non dans la dimension de l’être d’une personne, malgré qu’il convienne d’admettre que quelques états intersexes puissent générer des pathologies qu’il importe de traiter parfois dès la naissance.


Quelles sont les différentes formes d’états intersexes chez l’humain ?

Il en existe une infinité, cependant il est possible de considérer plusieurs aspects, la biologie, la psychologie et les droits humains, parfois imbriqués, parfois disjoints et quelques grandes catégories …

L’aspect biologique :

Là aussi il est nécessaire d’exercer le distinguo : l’état intersexe est évident et visible à la naissance, cas les plus rares, enfants naissant avec une ambiguïté sexuelle, ce sont les cas d’hypospadias ou de dysgénésie gonadique mettant en évidence la présence d’organes sexuels mâle et femelle. Ces formes d’intersexes sont parfois associées à des génotypes dits ‘’ mosaïques ‘’ (2). L’état intersexe n’est pas évident à la naissance, il peut être détecté dans les jours, les semaines, les mois voir les années après la venue à la vie, à l’occasion d’examen médical post-natal, lors de la puberté (cas les plus fréquents), de découverte fortuites ou d’apparition de symptômes spécifiques amenant l’intersexe à consulter un médecin. Cette catégorie regroupe la plupart des formes.

Notre atelier met l’accent sur le fait qu’il est important de comprendre que la source des états intersexes est à chercher dans la biodiversité, laquelle est la conséquence de la diversité génétique et non d’un état pathologique primant sur celle-ci. Statistiquement parlant l'intersexe ne présente pas plus de pathologies au cours de sa vie qu'une personne non intersexe.


Psychologie de l’intersexe et droits humains

J’ai envie de dire que cet aspect est le plus important et ce plus que celui d’une éventuelle pathologie qui pourrait résulter de son propre état. A l’heure actuelle les prises de consciences ainsi que les actions militantes menées par les personnes engagées et leurs soutiens font que l’intersexe revendique pleinement le droit de décider par elle.lui-même ce qu’il.le veut être au quotidien, homme, femme ou tout simplement intersexe au civil.

Il est important de prendre conscience que l’intersexe ne veut plus que l’on assimile sa condition à une maladie ni à une problématique que seuls les médecins, les légistes ou toutes autres personnes y compris les parents, s’arrogeraient le droit de traiter.

Psychologiquement l’intersexe se veut libre de se situer comme il le souhaite sur l’échelle de la condition humaine et que son souhait de vie soit respecté par tous, ceci valant même pour les nouveau-nés. L’intersexe estime que toute éventuelle réassignation (3) de genre entrainant ou non une réassignation chirurgicale doit se faire obligatoirement avec son accord implicite, cette obligation étant par là même étendue aux enfants concernés jusqu’à leur âge de maturité décisionnelle.

Dans le cas où une pathologie liée à l’état intersexe d’une personne mineure ou nouvellement née devrait impliquer un traitement médical ou une intervention chirurgicale, ceux-ci ne pourraient être mis en œuvre qu’après acceptation au consensus par une commission paritaire réunissant le corps médical compétant, les parents et des délégués accrédités voir assermentés d’associations d’intersexes aux vues du cas médical concerné. En cas d’extrême urgence à la naissance (cas très rares) une commission réduite (1 médecin compétant indépendant, 1 parent, 1 délégué intersexe assermenté) pourrait statuer en peu de temps sur l’acceptation.


En conclusion, un intersexe c'est quoi ?

Un intersexe c'est avant tout un humain sain mais différent et ce même s'il ne répond pas aux standards du déterminisme sexuel à la naissance. L'intersexe demeure un être libre et égal en droits à toute autre personne non intersexe au-delà de la pure biologie, au-delà du pur débat idéologique.

Si vous êtes une personne non intersexe nous espérons que cet article vous aura apporté les lumières à la compréhension de l'intersexualité et si vous êtes une personne intersexe l'assurance que vous n'êtes pas seul.e !

Célia-Violaine  Hébrard
Pour l'Iwich


Annexes et renvois

 (1) Le phénotype est l’état d’un ou de plusieurs caractères observable chez un organisme vivant, dans le sujet qui nous occupe la présence d’une verge, d’un vagin, de testicules, de seins, de type de voix, de pomme d’Adam, de pilosité, de règles, …

(2) Le génotype est l’ensemble de l’information génétique portée par un individu. Les chromosomes présents dans les noyaux des cellules vivantes sont porteurs de l’information génétique principale et déterminante. L’être humain est pourvu de 22 chromosomes non "bio-sexuels" appareillés en doublons soit 44 chromosomes et de 2 chromosomes porteurs principaux de l’information du déterminisme "bio-sexuel" X et Y, double X pour la femme standard, XY pour l’homme standard. Un génotype mosaïque signifie que la personne est porteuse de chromosomes XX et XY d’une cellule à l’autre à la fois. Le caryotype humain est une planche photographique montrant le nombre de chromosomes en fonction du sexe biologique.

Ci-dessous un caryotype "classique" féminin "XX" planche de gauche et masculin "XY" planche de droite.




Dans les états intersexes le caryotype ne respecte souvent aucune de ces règles par exemple il existe des intersexes  pourvus d'organes génitaux essentiellements féminins mais au caryotype "XY".

(3) La réassignation dans le sens qui intéresse nos propos, consiste au moyen d’une intervention chirurgicale et / ou d’un traitement médical approprié à modifier par consentement éclairé de l’intersexe, le genre qu’il lui a été assigné et/ou supposé à la naissance. Il est à noter que la plupart des intersexes ayant subi des contraintes médicales et/ou chirurgicales à la naissance, sont peu nombreux à demander une réassignation. D’autre part il existe des revendications intersexes portant sur la possibilité d’obtenir un genre civil neutre ou défini homme ou femme sans passer par l’obligation d’un traitement médical et/ou chirurgical.