Espace Parents et Ami.e.s


Votre enfant, un enfant comme tous les autres …

Etre la maman et le papa, un proche d’un enfant intersexué n’est pas chose courante ni aisée ! En moyenne, et si les syndromes apparentés sont pris en compte, 1 naissance sur 2000 est redevable d’une différence urogénitale, ce qui n’est pas négligeable. Heureusement, seule une faible proportion de ces naissances est un désordre intersexuel fortement marqué ou invalidant, comme par exemple le syndrome de Denys-Drash (1).

Si vous apprenez que votre enfant est intersexué, qu’allez vous faire, comment allez vous réagir ? De nombreuses questions vont certainement venir se poser à votre esprit, par exemples – comment élever son enfant ? Doit t’on choisir pour lui son sexe ? Doit t’on cacher à l’entourage, à ses amis le fait ou au contraire en parler au maximum ? – et encore bien d’autres questions …

L’histoire des intersexués et de leurs proches, montre qu’en général le premier réflexe est de"taire " que son enfant possède une telle différence. Il y a encore 30 ans à peine les intersexes étaient enfermés dans des placards moraux, et étaient élevés souvent selon un mode forcé (2). Si vous êtes la maman et le papa d’un enfant intersexué, alors vous n’êtes coupable de rien ! Un enfant intersexué est un être humain à part entière, qui se révèlera souvent très doué, si ce n’est plus que la normale, et qui en tout cas pourra vous amener autant d’affection et d’amour que tout autre enfant.


Ne cachez rien …

Ne cachez pas à votre enfant son état dès qu’il est en mesure de comprendre, s’il le faut donnez lui des explications progressives. Informez aussi son entourage immédiat, et dans tous les cas défendez-le avec énergie des éventuelles railleries ou brimades dont il pourrait être victime, et surtout considérez le comme un enfant normal ! L’intersexualité n’est pas une maladie, mais un autre aspect de ce que la nature nous offre de beau dans sa diversité.

Bien sûr, l’intersexualité entraîne parfois des désordres de santé  satellites ou secondaires, mais dans presque tous les cas ces désordres sont largement corrigibles avec les connaissances bio-médicales actuelles. On meurt rarement d’intersexualité, mais fréquemment d’abus quotidien comme le tabac ou l’alcool !

Notre conseil est aussi de refuser qu’un état-civil définitif ainsi qu’une assignation médicale par chirurgie traumatique soit donnés à votre enfant. Souvent totalement désinformés beaucoup de parents déjà éprouvés par la naissance de leur enfant intersexué, vont donner “carte blanche” aux acteurs médicosociaux. Toutefois nous assistons en France à une prise de conscience d’une partie de ces mêmes acteurs, tel médecin se déclare pour une attente au long court le temps que votre enfant grandisse et que son avis puisse plus tard dans sa vie être prépondérant, tel juriste, tel parlementaire commence à s’interroger sur les conditions de vie et les droits des intersexués. Cependant beaucoup de progrès restent encore à faire.

L’intersexué.e est concerné au premier plan, 20, 30 ans après sa venue au monde, ni les médecins, ni les juristes, ni les proches qui ont décidé de son sort pourront rarement lui venir alors en aide, chargé des stigmates et des mutilations (le vocable n’est souvent pas trop fort) passés, il, elle devra se résigner, voir refouler un sentiment de haine qu’il, elle n’aurait pourtant pas voulu cultiver …


Vous désirez être aidé et/ou participer ?

Vous désirez avoir de l’aide, ou tout simplement agir avec nous, alors n’hésitez pas à nous contacter sur iwich.attitude@gmail.com  ! Quelques intervenants de notre atelier qui se feront un plaisir de vous aider et vous accueillir (3).

Vous êtes les bienvenus au sein de l’atelier !

Le collectif de l'Iwich


Renvois

(1) Le syndrome de Denys-Drash associe chez un nouveau-né ou un nourrisson une ambiguïté sexuelle, une malformation des reins. La coexistence de tissu ovarien et testiculaire au sein de la même gonade est fréquemment retrouvée.

(2) Le mode "forcé" consiste à assigner de manière définitive par voie chirurgicale le plus souvent, voir par de lourds traitements chimiques surajoutés, un sexe à un enfant intersexe.

(3) Tous nos intervenants sont soit intersexués ou parents d’intersexués et/ou qualifiés en matière d’intersexualité. L’atelier dans le respect de la loi * se porte garant de la confidentialité du contenu des échanges réalisés et ce quel que soit le mode de transmission du contenu. * Loi n°78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés.